On me demande souvent sur les réseaux sociaux comment je gère mon lifestyle pour ne pas mettre en danger ma croissance patrimoniale.

En effet, le grand problème de ma génération (j’ai 26 ans aujourd’hui) est lié aux nouveaux modes de consommation. Il n’est plus question d’attendre pour consommer, il n’est plus question d’épargner pour préparer son avenir… Nous sommes à l’heure de la consommation rapide, la consommation ostentatoire et la vie au jour le jour.

En agissant de la sorte, les jeunes actifs (avec ou sans diplôme) se mettent en danger financièrement. Ils s’équipent avec des achats à crédit pour financer leurs prochaines vacances à Mykonos, se procurer les outils électroniques derniers cris, ou s’octroyer le luxe de posséder des véhicules en décalage avec leurs moyens, pour ensuite devenir esclaves de leurs passifs qui leurs mettent progressivement la tête sous l’eau. Tout ceci les obligeant à travailler toujours plus dur et craindre de perdre leurs unique source de revenus.

Alors comment faire dans cette jungle du XXI ème siècle pour agir dans le bon sens, tout en profitant de l’instant présent ?

Pour ma part, j’ai commencé à travailler en septembre 2015 dans une agence immobilière à Paris, en tant qu’assistant et petite main de la directrice d’agence. J’allais enfin avoir une première source de revenus stable qui allait me permettre de développer mon patrimoine estimé à l’époque approximativement à 75€ sur un Livret Jeune… Mon premier réflexe a été d’épargner 500€ de mon premier salaire qui était alors de 990€ : j’avais lu dans la presse « spécialisée » que l’épargne permettait de se construire une sécurité et un avenir. Malheureusement, c’est partiellement vrai, pour ne pas dire totalement faux…mais j’ai compris cela plus tard. Malgré le montant ridicule de mes 75€ d’économies, je venais de poser la première pierre de mon patrimoine avec une épargne symbolique de 575€. J’ai ainsi continué à épargner chaque mois pour atteindre progressivement une épargne de 5 000€. Une dizaine de mois s’était écoulée et mes rêves de grandeur étaient encore très loin. À l’époque, mes amis étaient dans des écoles de commerce, à animer des associations qui étaient très souvent des prétextes pour justifier des beuveries en fin de journée à la bière tiède dans des gobelets… Pendant ce temps-là, je faisais de la « prospection terrain » (démarchage au porte à porte) avec pour seule ambition de developper mon patrimoine pour en vivre, malgré les moqueries de mon entourage. Et oui, en France, il est glorieux d’essayer mais il est honteux d’avoir de l’ambition et de réussir. J’ai donc complètement arrêté d’en parler pour agir en silence.

Avec mes premières économies, je me suis acheté la biographie de Warren Buffet « L’effet boule de neige » et le livre « L’investisseur intelligent » de Benjamin Graham. Deux livres très intéressants qui m’ont conforté dans mon idée qu’il était possible de constituer du patrimoine en partant de zéro. J’ai commencé à intégrer qu’il était nécessaire d’épargner, mais surtout qu’il était capital d’investir pour faire « circuler son argent » afin de la faire croitre. Il suffit de faire un simple calcul pour comprendre qu’on ne devient pas millionnaire grâce à l’épargne.

1 000 000€ épargnés sur 20 ans représentent une obligation d’épargne de 50 000€ par an.

Le calcul fait mal : 50 000€ représentent plus de 1,8 fois le salaire annuel moyen en France. Autant vous dire que ce n’était pas dans mes capacités.

Il fallait donc trouver une autre solution. C’est là que j’ai découvert – en réfléchissant, me documentant et discutant avec des personnes qualifiées – 3 axes pour atteindre mes objectifs :

  • L’immobilier,
  • La bourse,
  • L’entreprenariat,

Ayant un goût prononcé pour l’immobilier et la pierre, j’ai décidé de foncer tête baissée dans cette voie. J’ai commencé à acheter des dizaines de livres, à me former, à me bouger pour côtoyer des investisseurs et j’ai réalisé mon premier investissement. Le levier du crédit immobilier a été la découverte d’un formidable outil d’expansion pour moi.

Malgré les connaissances, j’étais terrorisé… Un studio de 30 m2 et un parking pour 67 000€, me voilà investisseur immobilier. Après vous connaissez la suite…

Alors, quel est rapport des mes propos précédents avec le lifestyle et la liberté ?

Qui dit levier du crédit immobilier, dit taux d’endettement… Ma génération n’a aucune notion de finances personnelles, mais il ne faut pas les accabler car ceci est quasiment orchestré par l’éducation nationale. Sur la même base que le modèle étasunien, moins les gens en savent, plus ils consomment sans réfléchir. Ainsi, les étudiants, les jeunes diplômés et les cadres dynamiques n’hésitent pas à multiplier les crédits à la consommation pour assouvir leurs envies, ce qui est une erreur fatale.

La base des finances personnelles vous oblige à réfléchir à vos dépenses et à prendre en main « vos affaires ». Vous devenez les ennemis de la consommation de masse, mais vous vous forgez par la même occasion un profil d’investisseur.

Malgré tout, il faut savoir se faire plaisir à chaque étape et ne pas attendre bêtement de devenir « riche » pour être heureux. Pour ma part, j’ai décidé de choisir cette voie pour devenir libre et disposer de mon emploi du temps comme je l’entends. Ma règle pour me faire plaisir est d’utiliser systématiquement 10% de mes revenus pour mes à-côtés. Peu importe le revenu, si je gagne 1 000€, j’utiliserai 100€ et si je gagne 10 000€, je n’hésiterai pas à en utiliser 1 000€. En échange, je ne financerai un plaisir par un crédit à la consommation sous aucun prétexte, quelque soit ce plaisir… jamais, jamais, JAMAIS !

Pour me permettre des extras un peu onéreux, je concentre la majorité de mon temps à la création d’actifs qui vont générer des revenus récurrents à vie.

Pourquoi je vous dis ça…? Est-ce une arnaque…?

Je vous parle de tout ça pour faire prendre conscience aux personnes qui sont comme moi en 2015, sans un euro en poche, sans aucun actif mais avec une motivation sans faille, que les choses sont possibles. Avec moins de recul que pour mes expériences d’investissement immobilier, j’ai développé ma société de conseil depuis juillet 2019… La  réussite et la croissance de vos activités, de vos projets et de vos entreprises ne sont dues qu’à l’application d’une méthodologie précise. Peu importe l’étape à laquelle vous êtes, vous pouvez mettre des choses en place dès maintenant. Ne subissez jamais votre vie : récemment, un de mes proches a fait un AVC après avoir travaillé de manière acharnée toute sa vie, et ceci à 68 ans au lendemain de sa retraite… La vie est trop courte pour ne pas en profiter, on ne veut pas faire des voyages à 80 ans mais à 26, on ne veut pas rouler en voiture de sport à 80 ans mais à 26, on ne veut pas vivre à 80 ans mais quand on est jeune ! Alors apprenez à faire les choses, développez vos compétences, développez vos actifs et devenez libres !