Comment gérer son argent en 4 étapes ?

Comment faire travailler l’argent pour vous et non l’inverse ?

Cette notion, je ne l’ai pas inventée. Le premier qui l’a abordé, c’est Robert Kiyosaki dans son bestseller « Père riche, Père pauvre ». Il y explique tous les fondements de l’argent et des finances personnelles.

 

Au quotidien, comment ça s’applique ? Premièrement, il n’y a pas de miracles.

Soit on gagne de l’argent lentement et on s’enrichit, soit on cherche une recette miracle et on perd beaucoup d’argent très rapidement.

Sur Internet, il faut vraiment savoir faire le tri entre les charlatans qui vous promettent qu’en un an, vous deviendrez multimillionnaire grâce à l’immobilier, et ceux qui vous expliquent, comme moi, que l’immobilier est une affaire de longue haleine. Que votre niveau importe peu, et que vous pouvez commencer là où vous en êtes aujourd’hui, car même avec un SMIC, on peut se lancer dans l’immobilier.

Concrètement, il faudra attendre quelques années avant de pouvoir quitter votre emploi, et vivre pleinement de vos actifs. Cela m’a pris cinq ans avant de quitter mon emploi. Tout dépendra aussi d’où vous partez.

 

Beaucoup, lorsqu’ils démarrent dans l’immobilier ou dans la bourse, optent pour l’achat-revente. C’est-à-dire qu’ils achètent un bien pour le revendre pour encaisser une plus-value. En immobilier, cela se traduit en faisant des travaux, et dans la bourse par la spéculation.

Les grands investisseurs, et notamment Warren Buffet, privilégient toujours le cash-flow plus que la plus-value et l’achat-revente. Le cash-flow est plus ou moins éternel, alors que pour l’achat-revente il faut s’assurer de bien acheter et d’être à la bonne période pour revendre. Contrairement à un actif immobilier que vous achèterez au bon prix, et qui une fois mis en location, ne vous fera quasiment jamais défaut, puisque les cash-flows sont basés sur le prix d’achat et non sur l’état du marché actuel.

 

N’ayez pas peur de commencer petit !

Quand j’ai commencé dans l’immobilier, mes premiers cash-flows étaient de tout juste 100 €. Les personnes avec qui je travaillais, alors que j’étais en CDI se moquaient de moi. Pour eux, je dépensais mon énergie pour de faibles résultats.

Cependant, j’ai persévéré, puis j’ai commencé à développer des cash-flows qui se sont accumulés. C’est en cumulant les actifs et en développant des flux de trésorerie récurrents, que j’ai pu égaler mon salaire et dire adieu au monde du travail salarié. Aujourd’hui, ceux qui se moquaient de moi n’ont pas améliorer leur situation et sont toujours au même point.

N’ayez donc pas peur de commencer petit, car c’est déjà mettre une première pierre à votre projet. La honte, c’est plutôt de ne jamais commencer !

 

Ne faites pas de crédit pour acheter des bêtises !

Une véritable erreur lorsqu’on commence à travailler, c’est de se trouver de nouveaux hobbies qui vont nous coûter de l’argent. Ainsi, les gens ont tendance à prendre des crédits pour acheter une télévision, une voiture, voyager, ou autre, alors qu’ils n’ont pas d’épargne au départ. Le crédit à la consommation est vraiment la ruine lente de la classe moyenne.

Lorsque l’on est un bon investisseur, on sait que le levier du crédit ne doit être employé que pour accumuler des actifs qui vont se valoriser dans le temps et produire des cash-flows. Tout ce qui est utilisé pour acheter un bien qui va se déprécier dans le temps, et ne produit rien est absolument à éviter.

 

Tout le monde peut gagner de l’argent, mais tout le monde ne sait pas le gérer. Soyez de ceux qui investissent intelligemment et les portes de la liberté financière s’ouvriront à vous.

X